mar. 23 nov. | Interprétation en neuropsychologie

Le processus d'interprétation en neuropsychologie _ EN LIGNE

Le processus d'interprétation en neuropsychologie : quelques biais récurrents et propositions de stratégies Dr Jean-Pierre Chartrand & Dr Stephan Kennepohl SIM : 6 Crédits ASNP : 7 Crédits SSNP : 7 Crédits SNN : 6 Crédits
Les billets ne sont pas en vente
Le processus d'interprétation en neuropsychologie _ EN LIGNE

Heure et lieu

23 nov., 09:00 – 17:00
Interprétation en neuropsychologie

À propos de l'événement

Stephan Kennepohl

Docteur en Neuropsychologie

Jean-Pierre Chartrand

Docteur en Neuropsychologie

Le lien zoom sera communiqué 2 à 3 jours avant la date

Sommaire

L’interprétation en neuropsychologie clinique nécessite l’intégration de plusieurs données pour arriver à une conclusion, incluant non seulement les résultats des tests psychométriques, mais également les observations comportementales, les plaintes subjectives, les données cliniques et les autres éléments au dossier. Comme tout processus décisionnel, l’interprétation neuropsychologique est nécessairement sujette à divers biais. Les origines de ces biais sont nombreuses, mais ceux-ci proviennent surtout d’erreurs systématiques liées à l’utilisation de méthodes statistiques ou psychométriques, ainsi que de tendances générales à favoriser certaines méthodes de raisonnement.   Cette formation visera, dans un premier temps, à relever des erreurs systématiques et récurrentes retrouvées en neuropsychologie clinique. Dans un deuxième temps, il sera question de présenter les modèles théoriques les plus récents du jugement clinique et de faire un rappel des biais cognitifs les plus courants.   En outre, les formateurs offriront des suggestions permettant de contourner ou de diminuer diverses sources d’erreurs à partir de ce qui est fourni dans la littérature scientifique.

Objectifs

Au terme de l’activité, les participants seront en mesure :

  • de mieux comprendre les facteurs à la source des erreurs d’interprétation en neuropsychologie clinique ;
  • d’utiliser des connaissances psychométriques et statistiques pour mieux identifier quelques erreurs systématiques ;
  • de connaître les modèles théoriques et les biais cognitifs liés au jugement clinique ;
  • d’être en mesure d’appliquer des stratégies servant à diminuer l’impact de ces biais.

Partager cet événement